La vie est belle, la vie est belle, la vie est belle…
Depuis très jeune, je me répète régulièrement ces mots, parce que, quoi qu’il arrive, je me dis que tout va bien dans le meilleur des mondes. Candide n’a qu’à bien se tenir, ma vision de la vie est presque toujours positive. Mon approche est assez simple, j’ai un toit sur la tête, je suis en bonne santé, j’ai de quoi mettre à manger sur la table tous les jours, alors pourquoi me plaindrai-je ? Lorsque des petits soucis frappent à la porte de ma vie, je les balaye de la main en me répétant que la vie est belle et que tout ira bien. Cette vision de la vie m’a aidée à dépasser beaucoup de soucis, elle m’a empêchée de sombrer lorsque les événements étaient difficilement supportables. J’ai toujours essayé d’être une personne forte, pour moi, pour mon entourage et encore plus depuis que j’ai des enfants. Je me répétais sans cesse que je ne pouvais me permettre de craquer lorsque les nuages noires assombrissaient ma vie.

Mais voilà, certains événements sont parfois si durs, si cruels, que ma philosophie de vie n’est presque plus suffisante. Ma vie est belle en comparaison de millions de somaliens qui subissent la famine. Alors oui, je me considère comme privilégiée au regard des familles qui fuient la guerre ou simplement de la personne forcée de mendier au coin de la rue pour se nourrir. Mais parfois, parfois, je n’arrive pas à voir au-delà de ce nuage noire qui obscurcit ma vie.
Un événement douloureux m’a frappée il y a peu de temps. La violence de la nouvelle était telle que, j’avoue, je me suis écroulée, pour la seconde fois de ma vie, je me suis écroulée pendant 2 ou 3 jours. Je n’arrivais plus à me nourrir, je n’arrivais plus à faire quoi que ce soit. Je ne faisais que pleurer… Il me fallait accuser le choc. J’avais l’impression de m’être pris un mur en roulant à 250 km/h. Vous imaginez la violence de l’impact ? Et bien mon esprit a subit cette même violence. Le pouvoir de l’esprit est fort et s’il décide de ne plus agir, le corps ne suivra malheureusement pas…
J’ai alors légèrement saisie ce que pouvaient ressentir ces personnes qui ne se nourrissent pas, celles qui souffrent notamment d’anorexie. Phénomène, que, je vous l’avoue, je n’arrivais pas à comprendre, même si je compatissais à cette douleur, à ce mal être qui se traduit physiquement. Je comprends aujourd’hui, qu’en se sentant mal, l’on puisse refuser de s’alimenter. Pour ma part, la force me manquait, l’envie de ne plus rien faire m’envahissait…
C’est à ce moment là, précisément, que les choses tournent de manière positives ou négatives. C’est à ce moment précis, clé, que l’on décide de se relever ou de sombrer. Et c’est à ce moment qu’il faut rassembler toutes les forces qu’il nous reste pour se battre. Se battre tout d’abord contre soi-même afin justement, de ne pas sombrer. Se battre pour ceux qui vous entourent et les aider à surmonter cette tragédie et trouver des solutions pour que tout le monde puisse aller de l’avant.
Alors je me suis battue, d’abord avec moi même. Et c’est certainement cette bataille qui fut la plus difficile, mais je me suis relevée et j’ai affronté les épreuves pour aider ceux qui en avaient encore plus besoin que moi. C’est difficile, ça l’ait encore aujourd’hui car le problème n’est pas résolu, mais j’ai décidé de me battre car rester à terre n’apportera rien.

La vie est belle, mais elle est parfois cruelle. Elle a ses hauts et ses bas, mais c’est parce que la vie est imprévisible, elle est faite de changements et de bouleversements. Mais l’être humain est fort et n’est pas seul.
Accrochez-vous à la moindre petite branche qui vous empêchera de sombrer. Cela peut être un ami, la famille, le sport… Toute chose qui vous aidera à aller de l’avant. Ne vous étonnez pas si vous ne vous relevez pas en 30 secondes, chacun doit le faire à son rythme, le principal est d’aller de l’avant !

Alors si un jour, vous vous prenez une claque par la vie, ne la laissez pas faire, battez vous !

 

Tagged with →  
Croq sandwich au saumon.
Crêpes fourrées au chocolat
Tartelette citron meringuée déstructurée (-48% de calories)
Muffins Mûres (-30% de calories)

7 reponses pour Quand la vie te met des claques…

  1. Fleur dit :

    Bonjour Rabia,

    Je prends le temps d’écrire un commentaire suite à ton article.
    Tout est parfaitement bien résumé ! La vie est parfois si dure avec certaines personnes … il faut se relever et garder la tête haute quoi qu’il arrive.
    Personnellement, j’ai vécu une terrible épreuve qui m’affectera toute ma vie mais j’ai décidé de me battre.
    Rien ni personne ne m’empêchera de tenir la promesse que j’ai faite suite à cet évènement

    Merci Rabia pour tes partages culinaires mais aussi pour tes partages de « vie »

    Plein de courage à toi !

  2. Tiboudou dit :

    Merci pour cette article à coeur ouvert. Même sans te connaitre, on peut tous et toutes se retrouver en toi. En ton histoire. Mon mari a perdu sa maman étant adolescent. Et comme tu dis si bien, il y a cette phase où tu sombres, tu vois tout noir, tu penses que le nuage noir ne se dissipera jamais. Et puis il y a un moment précis, un moment « clé », où la vie t’offre 2 chemins. Celui de sombrer à jamais, ou celui de mettre un pied devant l’autre chaque matin et d’affronter cette phase terrible de la vie. Et il a décidé de se battre. Aujourd’hui ça fera 8 ans que sa chère maman est partie, ça ne s’oublie jamais. Mais il est fort. Il est le pilier de notre famille par sa force et son combat quotidien. Il lui arrive parfois de craquer bien évidemment. On est tous humains après tout. Mais comme il me répète souvent, il y a pire ailleurs. La vie lui a enlevé sa maman, mais pas l’envie de vivre. On a un toit, à manger sur la table, des rires et des sourires, une santé et s’efforce tous les jours de nous construire un bel avenir.
    Bon courage pour ton combat. Et merci pour tout ce que tu fais.

  3. Lyly dit :

    Bravo! Tu es forte!
    J ai vécu une série d épreuves aussi et elles sont pas terminées.
    Je garde le même optimisme à chaque nouvel obstacle qui se présente

  4. hallucinant dit :

    en fait tu as ou avais quoi ?

  5. Karinette dit :

    Je comprends ce que tu as ressenti
    Oui la vie n’est pas tendre. On peut connaître des hauts vertigineux tellement ils sont forts en bonheur et des bas abyssaux tellement ils nous font souffrir. ..un vide immense en nous, une douleur tellement forte. …
    Et puis on se bat, on lutte pour remonter à la surface et on y arrive, en grande majorité grâce à tous l’amour qui nous entoure car ces proches qui nous sont chers ont besoin de notre présence, de notre amour, mais nous avons aussi un énorme besoin de leur amour et c’est cela qui nous booste

  6. Vayolaine dit :

    Oh, je pensais trouver La recette du bonheur au pépites de chocolats, en venant pour la première fois sur ton (je peux te tutoyer) blog, et je tombe sur la recette de la vie: des ratés, des chocs, des petites choses, des larmes et des efforts à faire pour surmonter sa douleur. Et à nouveau retrouver le vrai sourire du cœur, et la gourmandise. Bravo, pour ce partage a cœur ouvert, qui nous montre l’autre facette d’un blog gourmand. Et merci car ça aurait pu être moi qui avait écrit ce texte, car la claque je viens de la prendre… La profonde et écrasante tristesse… Mais je vais quand même chercher la recette de ta briochette vegan aux pépites de chocolat. (Et pleurer entre deux pages)

  7. Noelle dit whiteetblanc dit :

    Tu es formidable et tu donne pleins de courage à tous ceux qui te lise MERCI et bat toi toujours et encore la vie n est rien mais rien ne la vaut je t embrasse et mille bravos pour toutes tes Exelente recettes !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »