Quand j’étais enfant, j’adorais porter les vêtements de ma mère et aller m’admirer devant le grand miroir de son armoire qui trônait dans sa belle chambre. Une armoire imposante comme on n’en fait plus aujourd’hui, si caractéristique de cette période et qui m’impressionnait toujours.
J’aimais me voir, j’aimais admirer ma silhouette élancée porter ses jolies robes qui trainaient évidemment à même le sol au vu de ma petite taille, du haut de mes 5 ou 6 ans. Je ne me posais alors pas la question de savoir si quelque chose n’allait pas sur le reflet que me renvoyait le miroir, j’étais simplement fière de porter les beaux vêtements de Maman.

Les années passèrent et ma silhouette était toujours fine, pas de problème de poids dans mon adolescence, j’étais mince, assez grande et des formes apparaissaient où il fallait. Mais malgré cela, j’ai commencé à voir certains défauts sur mon corps comme des fesses pas assez charnues, et je me trouvais un peu trop mince, ce que me faisait d’ailleurs remarquer  certaines personnes de ma famille, les grands frères peuvent parfois être impitoyables… En même temps, je voyais certaines copines commencer, à l’âge de 13 ans, des régimes draconiens imposés par leur mère car elles les trouvaient trop rondes alors qu’elles-mêmes n’avaient aucun problème avec leur silhouette.

Puis les années passèrent. Et plus nous grandissons, plus notre corps nous obsède. Au final, je me suis rendue compte que peu de femmes dans mon entourage sont fières de leur corps, nous avons malheureusement toujours tendance à focaliser sur ce qui ne va pas plutôt sur ce qui pourrait nous rendre fière.
L’image véhiculée par les magasines féminins ne nous aident nullement à nous sentir fière de ce que nous sommes. Réduire une femme à une image filiforme n’est pas sain, les codes de beauté évoluent selon les périodes et les sociétés. Vous pousser à perdre quelques kilos avant l’été en vous martelant que vous ne pouvez pas vous promener sur la plage avec votre silhouette est dangereux car cela va seulement vous pousser à adopter un régime draconien, nocif et totalement inefficace sur le long terme, pour coller à une image, leur image, de la femme ayant le droit de se montrer en maillot de bain.

Mon corps, il a une histoire, comme le votre et comme celui de votre voisine. Il ne peut être le même que le votre car nous avons une vie différente, une histoire différente… Je ne vous cacherai pas que j’adorerai avoir un ventre hyper plat et des fesses rebondies, mais ce n’est pas le cas aujourd’hui. J’ai beaucoup travaillé pour cela, sans y arriver car je n’ai tout simplement pas le temps et je ne souhaite pas en consacrer plus aujourd’hui. Je mange sainement quotidiennement, ce n’est pas une contrainte, c’est un plaisir et un besoin pour me sentir bien. Mais j’ai 3 enfants, personne pour les garder au quotidien, je travaille au moins 9h par jour, je n’ai pas de femme de ménage (va vraiment falloir que je pense à y remédier d’ailleurs…), une grande maison et je suis vraiment très gourmande. Je fais du sport assez régulièrement mais pas assez pour faire apparaitre de jolis abdos…
Et j’en suis venue à la conclusion que ce n’était pas grave, que je suis fière de mon corps, malgré ce qui pourrait être jugé comme étant des défauts. Et arriver à cette conclusion m’aide à aborder mon quotidien sereinement. Je me suis réconciliée avec le sport car je le pratique pour le plaisir et non par contrainte. Je suis fière de mon corps, de ce que je suis, même si d’autres pourraient le juger imparfait. La vie est belle et je ne la laisserai pas être gâchée par le regard des autres, par le jugement des autres…

Vous êtes rondes et appréciez vos rondeurs ? N’ayez pas honte si vous ne collez pas à l’image de la femme parfaite. Chacun SA définition de cette femme qui n’existe pas, en réalité. Nous sommes toutes parfaites dans notre imperfection.

Alors que vous soyez petite, grande, ronde, fine, que vous ayez de grands pieds ou des mains minuscules, ne vous gâchez pas la vie avec ces bêtises. Ce que d’autres voient comme des défauts fait de vous un être singulier, à part.
Et si vous êtes fine, musclée et que votre corps correspond à une gravure de mode, vous pouvez aussi être fière de vous, de votre travail et de votre persévérance pour le résultat obtenu car, malgré ce que nous pouvons entendre, cela n’a rien à voir avec la chance d’avoir un tel corps, mais cela est dû à un travail quotidien et de longue haleine.

Arrêtons de nous juger, nous-même ou les autres, profitons de la vie avec ce corps aussi imparfait soit-il ! Votre corps est votre allié, vous vivez avec chaque jour et faites la paix avec lui…

Cet article me tenait à coeur car je rencontre beaucoup de personnes qui n’acceptent pas leur corps ou simplement, qui sont tristes de voir que les gens n’acceptent pas qu’elles puissent se sentir bien dans un corps différent, qui ne répond pas aux critères établis par la société. Voilà pourquoi j’ai voulu l’illustrer avec vos photos, vous qui me suivez chaque jour et qui faites un peu, au final, partie de ma vie…

Merci infiniment à toutes mes lectrices qui ont joué le jeu et m’ont envoyée des photos d’elle !

(Merci Morgane, en haut, et  Camille, en bas, pour ces jolies photos)

Merci à Marie de partager avec nous sa photo du défilé pour Miss Bresse 2017 (en haut) et Morgane qui me suit depuis le début (et moi aussi d’ailleurs, en bas)

Merci Alexia, tu es superbe !

Merci Alex pour cette photo ultra reposante et Manon…

Merci Andréa pour ta participation (en bas)

Merci Morgane pour ce joli minois 🙂

Merci Adeline (haut) et Lucie (bas) pour vos jolies photos

Merci Lisa pour ta jolie photo !

 

Print Friendly, PDF & Email
Cake citron / amande
Beignet chocolat / bananes - au four
Cookies à l'épeautre
Crème dessert au chocolat (sans lactose).

3 reponses pour Mon corps, ma fierté, ma honte…

  1. Estelle dit :

    Bonjour, super cet article. J’ai été anorexique à 13 ans. Je connais les moquerie des enfants. Je n’étais pas grosse j’étais Belle, mon corps commençais à changer. Critique, médias, un médecin un petit médicament pour aider et le Trou Noir. J’ai maintenant 41 ans et je me bats encore pour ne pas rechuter. On n ‘en guérit pas, je continue de calculer car j’ai toujours peur, je ne sais plus reconnaître la faim.

  2. Rabia oumAicha dit :

    Merci infiniment à toi pour cet article

  3. Camille dit :

    Super article Rabia , tellement vrai et plein de sens ! Je suis fière d’avoir participé à illustrer ce texte
    Ta positivité est communicative et très appréciable ! Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »