Votre mot de passe vous sera envoyé.

TEST : Le blender chauffant Blend&Soup de Russell Hobbs

Blender chauffant : le Soup&Blend de RUSSELL HOBBS

P1_BLENDER_RHOBBS

Maman de 3 enfants, dont un encore tout petit, je réalise souvent des soupes, veloutés ou encore des purées, tout au long de l’année. Et cela s’intensifie encore plus en période hivernale, saison riche en légumes orangés et cucurbitacés, en champignons divers et autres légumes qui se prêtent volontiers à ce type de préparation dont la particularité et l’avantage est de pouvoir réchauffer l’ensemble de notre organisme en quelques cuillères. Alors quand les températures baissent, que le soleil se cache derrière ces immenses nuages et que la lumière devient artificielle dans nos chaumières, et bien je me tourne vers ces jolies couleurs pour embellir la table de mes repas et donner envies à mes enfants de manger des légumes en hiver, sans tomate ou sans courgette, légumes qui quittent nos étals en cette période hivernale.

J’ai toujours hésité à acquérir ce type d’appareil. Possédant déjà un blender, je pensais qu’un blender chauffant ferai double emploi à côté du mien que j’utilise pour mixer mes légumes. Comme beaucoup d’entre vous, la confection de mes préparations passait par plusieurs étapes : la cuisson à la vapeur dans un cuit vapeur, puis le mixage soit par le biais d’un blender, soit grâce à un mixeur plongeant.
Finalement cela présente plusieurs inconvénients. Tout d’abord, il faut utiliser plusieurs ustensiles, le cuit vapeur, pour moi une casserole et un panier vapeur, et le blender.
Ensuite, il faut surveiller la cuisson. Si les légumes sont trop cuits, ils risquent de perdre une grande partie de leurs vitamines, et la cuisson à la vapeur, réputée pour conserver les vitamines et nutriments, n’a plus de sens.
Et pour finir, il faut transvaser les légumes encore chauds du cuit vapeur vers le blender. Etape dangereuse pour tous les maladroits, dont je fais partie, et dont une partie des légumes risquent de faire les frais.

E1_BLENDER_RHOBBS

Alors finalement, c’est avec un grand plaisir que j’ai accepté de tester le blender chauffant soup & blend de Russell Hobbs, qui viendra faciliter, je n’en doute pas le moins du monde, mes préparations maison.
Je prends donc possession de la machine avec enthousiasme. Aprés avoir déballé l’appareil, l’ensemble de ces petits boutons m’impressionne un peu. Alors, malgré le fait que je déteste me plonger dans les livrets d’instructions, je me résigne à le lire avant de faire des bêtises ! Et j’allais effectivement en faire une grosse, en lavant de façon classique le blender. Etant donné qu’il est chauffant, l’extérieur de la bête ne doit pas entrer en contact avec l’eau. Logique ! Il est préconisé de le nettoyer avec un chiffon humide.

Le blender est composé de 4 éléments :
– Le bloc moteur sur lequel se trouvent tous les programmes
– Le bol destiné à recevoir les ingrédients
– Le couvercle par lequel il est possible d’ajouter des éléments liquides
– Et le gobelet gradué qui sert à mesurer et verser les liquides

E3_BLENDER_RHOBBS

Pour ma première utilisation, je me suis m’orientée vers un velouté légèrement sucré dont les enfants raffolent. Il est à la fois doux en bouche et ce léger goût sucré les renvoi vers un dessert plus qu’une entrée ou un plat, le velouté de courge butternut au lait de coco.

P1_VELOUTE_COURGECOCO

Je commence par éplucher ma courge, les pommes de terre et l’échalote que je place dans le corps du blender. Je veille à ne pas dépasser la limite MAX indiquée à l’intérieur du bol. Je place le couvercle et lance le programme « ébullition/vapeur » car le livret m’explique que la cuisson durera 18 minutes et que le blender maintiendra à chaud la préparation pendant 40 minutes à 70/80°C.
Les 18 minutes passées, le blender m’averti via un bip sonore que la cuisson est terminée. Je ne vais pas utiliser la fonction maintien au chaud mais plutôt terminer ma recette. J’ôte le couvercle et j’ajoute le lait de coco, du sel, du poivre, de la noix de muscade et un peu d’huile d’olive et j’appuie sur la touche « mixage en fonction manuelle » car il existe également une fonction de mixage automatique (10 séquences de 3 secondes).
Et voilà, tout est prêt en un minimum de préparation ! Je laisse mon velouté dans le blender, bien au chaud, jusqu’à la dégustation.

E7_BLENDER_RHOBBS

Je n’ai pas encore testé toutes les fonctionnalités, le froid arrivant m’en donnera l’opportunité à bien des moments ! Cependant, l’exploration du livret d’instruction me laisse entrevoir bien des réalisations. Je découvre qu’il est possible de réaliser des potages avec morceaux tel qu’un potage de légumes marocains, recette à découvrir dans le livret. Ou bien des potages onctueux comme une crème de champignon. Il existe également un programme sauce, telle qu’une sauce à la tomate.

Toutefois, le blender chauffant ne sert pas seulement au préparations chaudes, c’est également un blender qui présente les fonctionnalités classiques de tout blender. Vous pourrez évidemment préparer un smoothie orange chocolat comme suggéré dans la liste des recettes ou un mango lassi, dont la préparation paraît si simple d’après le descriptif !

Son atout est qu’il sert également de cuit vapeur, il est parfaitement possible de cuire des pommes de terre à la vapeur ou des choux de bruxelle, sans pour autant les mixer !

E2_BLENDER_RHOBBS

Mes conclusions :

Comme pour tout appareil qui me facilite la vie, j’adhère complètement au blender chauffant soup & blend. Réaliser des soupes ou veloutés n’aura jamais été plus aisé ! J’ai finalement passé moins de temps en cuisine à surveiller les cuissons et à laver la vaisselle et plus de temps avec mes enfants !

Seul bémol, le nettoyage. L’utilisation d’un chiffon humide n’est vraiment pas suffisant. Alors je rempli le blender d’eau mélangé à du liquide vaisselle au 3/4, que je laisse un petit quart d’heure. Ensuite je frotte délicatement à la main, je le vide et le rince en prenant soin de ne pas toucher l’extérieur. Il suffit simplement de faire attention et de le nétoyer délicatement.

Translate